Edgar Grospiron. Surfer sur un monde cabossé.

Edgar Grospiron. Surfer sur un monde cabossé.

À 46 ans, Edgar Grospiron, ancien champion olympique de ski de bosses, veut mettre son vécu et son expérience de sportif de haut niveau au service des autres. Devenu consultant, il sillonne la France pour donner des conférences sur la performance et la motivation.

Reconversion réussie pour l'ancien champion olympique 92 et triple champion du monde de ski de bosses. Edgar Grospiron était mardi soir à La Gouesnière (35), à l'invitation d'Atouts (un groupement d'employeurs des pays de Dinan, Saint-Malo et Fougères) pour une conférence sur la performance et la motivation.

« Tout le monde peut le faire »
À 46 ans, le skieur acrobatique de La Clusaz a gardé le même sourire éclatant et un brin enjôleur. Son vécu et son expérience de sportif de haut niveau, il veut dorénavant les mettre au service des autres. La pression à canaliser et à utiliser à son profit, le stress à combattre, la souffrance à gérer... Tout ça, Edgar Grospiron l'a connu et surmonté. En témoigne une armoire remplie de médailles. Comme la première, remportée dès 5 ans, et qui l'a mis sur les traces de sa future carrière. « On vit dans un monde difficile qui vous pousse au repli sur soi, explique le consultant qui n'a rien perdu de son énergie. Au contraire, il faut se fédérer et mutualiser les ressources, car on est plus fort à plusieurs. Dans l'entreprise, chacun peut trouver sa place, à condition d'avoir une vision claire de l'édifice collectif à bâtir ». Depuis une dizaine d'années, Edgar Grospiron explique qu'il n'est pas né champion mais qu'il a mis 20 ans à le devenir, en créant les conditions pour gagner. « Ce que j'ai fait, tout le monde peut le faire, lance-t-il aujourd'hui en petits comités ou devant des assemblées de plus de 4.000 personnes. Ce que le sport m'a appris, je veux le transmettre ». Reste bien sûr à chacun à trouver sa voie dans un monde chaotique. À l'image de ces bosses que le skieur a su maîtriser à force de volonté, de motivation et de travail acharné.

© Le Télégramme - Plus d’information sur http://www.letelegramme.fr/cotesarmor/