Économie. Le temps partagé, une solution pour l’emploi.

Économie. Le temps partagé, une solution pour l’emploi.

Douze entreprises voilà un peu plus de 10 ans, près de 100 désormais. Et surtout 70 emplois en contrat à durée indéterminée. Le groupement d’employeurs « Atouts » n’en manque pas.

Les Gavottes ou les Celliers Associés, les Thermes Marins de Saint-Malo ou le groupe Roullier, mais aussi les chocolats Monbana (siège dans le Pays de Fougères). Ce sont là quelques-unes des entreprises Adhérentes à Atouts Pays de Rance et de Fougères, un groupement d’employeurs créé en 2003 à l’initiative de 12 sociétés, étendu à Fougères en 2008, et qui réunit désormais 92 entreprises et emploie 70 personnes (60 en équivalent temps plein).

À temps plein et en CDI
Le principe : plusieurs entreprises se partagent un (ou plusieurs) employés. C’est le travail partagé, qui permet à aux entreprises de disposer des compétences de personnels selon leurs besoins (ponctuellement selon saisonnalité ou pics d’activités, ou durablement à temps partiel…). Et à des employés (en contrat avec « Atouts ») de travailler à plein-temps (pour 90 % d’entre eux) et en CDI, non pas chez un employeur, mais chez plusieurs. Deux au minimum, quatre au maximum, « et bien sûr, jamais dans deux entreprises qui peuvent être concurrentes », précise Pierre Merhand, le nouveau directeur d’Atouts.
« Atouts Pays de Rance et de Fougères » est sous statut associatif avec pour président Philippe Musellec, directeur des Celliers Associés). Le siège social est basé à Quévert près de la Chambre de commerce et d’industrie.

« Le temps partagé permet aux entreprises d’optimiser leurs ressources humaines et de partager durablement les compétences des collaborateurs »

Typiquement, les champs d’intervention sont de trois types : l’activité saisonnière, une entreprise, selon son activité, pouvant avoir des besoins de personnels plus importants chaque année en début d’année, et une autre chaque année en fin d’année, Atouts mettant alors à disposition de ces deux entreprises un même salarié, 6 mois chez l’une, 6 mois chez l’autre (par exemple) ; le temps partiel, qui permet à une entreprise d’avoir quelques heures par semaine une personne mais toute l’année, cette même personne exerçant ses compétences dans plusieurs entreprises ; enfin le développement de l’entreprise, « sur un poste particulier, de marketing ou de communication par exemple, mais qui ne permet pas toujours un recrutement définitif et à plein-temps, notamment dans de petites entreprises », continue le directeur d’Atouts.
C’est Atouts qui est l’employeur et qui rémunère les personnels mis à disposition.

Surtout des petites entreprises
Atouts Pays de Rance et de Fougères réalise un chiffre d’affaires de l’ordre de 2 millions d’euros par an. « Le budget provient des cotisations des entreprises -200 € par an – et des prestations de mise à disposition de personnels qu’on leur facture », explique P. Merhand.
Les entreprises adhérentes d’Atouts comptent de 1 à 1.000 salariés, « mais plus de la moitié sont de petites entreprises de moins de 10 personnes », qui recherchent des personnels hautement qualifiés pour certaines, moins pour d’autres. Cela va du directeur de ressources humaines dont ont besoin mais sans pouvoir se le « payer » des petites entreprises (et du coup, elles s’y mettent à plusieurs), à l’opérateur/conducteur de ligne (50 % des employés d’Atouts), en passant par les secrétaires-comptables (un bon tiers des effectifs).
Le travail partagé tend à se développer et les groupements d’employeurs se multiplient. Une forme de réponse au chômage. Conclusion de Pierre Merhand :

« Ce n’est sans doute pas LA solution, mais c’est une solution »

Article complet sur le site du Petit Bleu : http://www.le-petitbleu.fr/